Anaïs inaugure cette série, c’est avec grand plaisir que j’ai reçu sa photo, merci à elle de se lancer, ce n’est pas facile.

Anaïs nous vient de l’autre bout du monde, si tant est que le monde ait des bouts. En tout cas, elle ne vient pas de la porte d’à côté…

Anaïs - Escalier bois

Anaïs_image_300

Toute première chose : ton envoi en png ne me permet pas d’accéder aux données EXIF de la photo. Il me faudrait quelques informations sur l’appareil utilisé et sur le logiciel de traitement/retouche/gestion d’images.

Il me faudrait disposer du fichier original, et pour cela, tu peux utiliser un service comme «SMASH» qui est un genre de «Wetransfer», en plus pratique pour la personne qui reçoit.

Difficile pour moi de saisir ton intention photographique, je viens donc d’ajouter à la page de présentation du projet une ligne sur la nécessité de m’éclairer un peu sur cette intention.

Voyons maintenant ta photo.

Petite précaution d’usage : Je n’ai aucune prétention à la vérité, ce que je dis n’engage que moi…

La technique  :

Rien à dire sur les réglages techniques, ISO, vitesse, ouverture, netteté, PDC etc. Mes seules observations vont donc concerner la composition.

La composition

Beaucoup plus facile pour moi que pour toi : arriver à sortir de l’affectif et essayer de repérer le trajet de l’œil dans l’image.

Il y a une vingtaine d’éléments principaux susceptibles d’agir sur notre parcours dans l’image et donc sur notre compréhension, nous allons en voir quelques-uns.

Un escalier, je le grimpe, d’autant qu’il occupe l’essentiel de la surface de la photo. Il est encombré, est-ce le sujet ? Est-ce important ? Je n’ai pas la réponse. Si cela n’a rien à voir avec le sujet, ne faudrait-il pas tout nettoyer avant de faire la photo, pour que l’œil ne soit pas distrait ?

J’arrive vite en haut, d’autant que mon œil est attiré par le contraste «vert – bleu» qui se double d’un contraste «zone unie – zone pleine de détails», et je débouche sur une espèce d’observatoire qui me semble le point important de la photo. Malheureusement je n’y trouve rien. C’est peut-être là le sens de la photo ? Sauf qu’il y a un panneau et un poteau électrique qui laissent supposer la présence d’une rue. Cela brouille ma compréhension. Il faudrait au moins enlever le poteau.

Impression d’absence

Une des choses que cherche notre cerveau, c’est de se rattacher à quelque-chose de vivant, un visage, une silhouette, un animal… Je conseille donc aux débutants de toujours ajouter un personnage bien visible dans la photo. Ici, en fonction de l’intention choisie, de l’histoire à raconter, ce pourrait être quelqu’un qui monte ou descend l’escalier, serait assis en haut, regardant le photographe, appuyé sur la balustrade en regardant au loin… Plein de possibilités selon l’histoire à raconter.

Beaucoup d’excellentes photos n’incluent pas cet élément vivant, mais il est souhaitable de se forcer à le faire quelques temps pour acquérir le réflexe et pouvoir ensuite faire un vrai choix.

Voilà, quelques éléments pour commencer, je t’invite à refaire la photo à ta convenance en tenant compte de ce qui te parle parmi mes observations.

Amicalement,

PL