Warning: preg_match(): Compilation failed: nothing to repeat at offset 1 in /home/2pi/blog/blog/wp-includes/class-wp.php on line 218

Warning: preg_match(): Compilation failed: nothing to repeat at offset 1 in /home/2pi/blog/blog/wp-includes/class-wp.php on line 219
Bibliothèque de Lightroom - Introduction - Patrick Lecouffe

Introduction à la bibliothèque de Lightroom

Logo LightroomQuelques photographes n’utilisent que très peu les fonctions importantes de la bibliothèque de Lightroom. Il ne considèrent Lightroom qu’en tant que logiciel de retouche en se privant des facilités apportées par ce module bibliothèque.

Et pourtant le module Bibliothèque de Lightroom est certainement le module le plus utile au photographe. Il permet de gérer facilement tout son stock de photos. En ce sens,  il permet de faciliter les sauvegardes, de repérer les doublons, de renommer les photos, de les classer par date et beaucoup d’autres choses utiles.

Note de Marc (commentaire) : Dans l’esprit de vulgarisation, tu pourrais aussi citer le fait que l’affichage standard est en « vignettes » (taille adaptable) et que celles ci portent des indicateurs super pratiques pour se repérer au premier coup d’œil (icônes présence de mots clés, photo modifiée , recadrée …).

Quelques questions fréquentes sur le module bibliothèque de Lightroom

Bibliothèque de Lightroom (peur)En tant que formateur dans un club photo, beaucoup de personnes me confient leur difficultés d’approche de la bibliothèque de Lightroom :

  • Comment enregistrer la photo modifiée ?
  • Où se trouve l’image modifiée dans l’explorateur ?
  • Comment classer mes photos pour que Lightroom puisse fonctionner ?
  • Dois-je refaire tout mon classement de photos avant d’utiliser Lightroom ?

Et moi de répondre invariablement qu’en fait, c’est tout simple, tellement simple que cela peut sembler déroutant.

Quelques conseils

À savoir : Lightroom ne modifie pas les photos originales.

Le catalogue :

Le catalogue LR ne contient pas les images. Il contient des références aux photos et en face de chaque référence, la liste des opérations effectuées sur la photo concernée.

Sauf rares exceptions, on ne met en place qu’un seul catalogue qui contiendra les références à toutes nos photos.

Ne rien toucher à son organisation actuelle.

Surtout, ne touchez à rien de votre organisation de fichiers. Bien sûr, l’idéal serait de placer vos photos dans un répertoire d’images, mais ce n’est absolument pas obligatoire, Lightroom fonctionnera très bien avec votre organisation actuelle. D’ailleurs, placer ses photos dans un répertoire d’images ne sert pas à Lightroom, mais plutôt à faciliter les sauvegardes et à mieux s’y retrouver.

Si vous modifiez l’organisation que vous connaissez par cœur, vous risquez de vous mélanger un peu et vous accuserez Lightroom d’en être responsable. Commencez donc votre apprentissage sans vous compliquer la tâche.

Indiquez à Lightroom où se trouvent vos dossiers d’images.

Vous repérerez vos dossiers d’images en utilisant l’Explorateur de Lightroom, qui n’est certes pas en interface graphique, comme les explorateurs modernes, mais qui ressemble un peu aux explorateurs de fichiers (voir note en fin d’article) des anciens ordinateurs. On s’y retrouve quand même !

Une fois un dossier indiqué, Lightroom lancera l’importateur d’images. L’importation consistera (je me répète) à ajouter au catalogue les références aux photos et non les photos elles-mêmes.

Explorateur Lightroom

L’explorateur de Lightroom permet de déplacer des photos, de supprimer des dossiers, de les renommer… Bref, de faire dans Lightroom tout ce qu’on peut faire avec l’explorateur de fichiers de l’ordinateur.

Toute modification des dossiers et de leur contenu faite depuis Lightroom est répercutée dans l’explorateur de fichiers.

En revanche, toute modification depuis l’explorateur de fichiers n’est pas transmise à Lightroom, il faut alors synchroniser manuellement, c’est la seule contrainte. Mais cela se fait tout seul.Synchro LR - Windows.

Profiter des avantages du module bibliothèque de Lightroom

Une fois comprise cette façon de fonctionner, on peut accéder à d’autres avantages importants de la bibliothèque :

Les collections.

Ce sont simplement des ensembles de raccourcis (alias pour Mac).

Plutôt que de travailler photo par photo depuis les dossiers, on va regrouper leurs raccourcis dans des faux dossiers que l’on va nommer « Collections ».

Une photo peut avoir autant de raccourcis que nécessaires. Telle photo de fleur prise lors d’un voyage en famille peut avoir un raccourci dans une collection « Voyages », un autre raccourci dans une collection « Fleurs » et un autre raccourci dans une collection « Famille ». Toute modification d’une photo depuis une collection sera répercutée sur l’originale, bien rangée dans son dossier. Les autres raccourcis rangés dans les autres collections répercuteront aussi les modifications.

Les collections dynamiques

Il existe plusieurs types de collections que je ne vais pas détailler ici. Juste un mot sur les collections dynamiques qui sont des collections calculées en fonction de diverses informations stockées dans les métadonnées des photos. Exemple : On peut afficher dans une collection dynamique toutes les photos du catalogue prises entre telle et telle date. Ou toutes les photos prises avec tel ou tel objectif, ou tel ou tel réglage ISO.

Très commode !

Les attributs

Lightroom permet d’affecter aux photos des attributs fort utiles pour les opérations de classement ou de sélection. À chaque photo on peut affecter une couleur, une note, un statut (rejetée, normale ou sélectionnée)…

Les mots clés.

Lightroom permet une gestion remarquable des mots-clés affectés aux photos, mots-clés qui peuvent au choix être ou ne pas être joints aux photos exportées.

Exporter les photos

Non, on n’enregistre pas son travail dans Lightroom !

L’option « Enregistrer sous… » n’existe pas. Toute modification est automatiquement prise en compte dans le catalogue.

Pour utiliser l’image à fins de publication, diffusion, partage, il faut l’exporter.

L’exportation permet d’appliquer à l’image résultant divers réglages tels que la définition, le nouveau nom si besoin, la netteté pour écran ou papier, l’application d’un filigrane…

Attention aux xmp

Un ami me dit : Je ne savais pas ce que c’était que ces fichiers xxx.xmp, alors je les ai jetés.

Selon les réglages de Lightroom, un fichier xmp peut apparaître dans l’explorateur de fichiers, juste à côté d’une image de même nom. Ils contiennent la liste des modifications appliquées à l’image. Si vous déplacez cette image depuis l’explorateur de Lightroom, le fichier annexe xmp sera déplacé en même temps. En revanche, si vous déplacez l’image depuis l’explorateur de fichiers de l’ordinateur, les modifications seront perdues pour Lightroom.

Il existe une solution pour contourner ce problème mais ce n’est pas le sujet du jour.

On se contente donc, si possible, de manipuler les photos depuis l’explorateur de Lightroom.

Remerciements

Un grand merci d’avance à toute personne qui me fera part d’une difficulté de compréhension ou d’une suggestion d’amélioration (voire d’une faute d’orthographe). Les commentaires sont fait pour cela.

Note : Dans cet article, le terme « Explorateur de fichiers » désigne indifféremment le « Finder Mac » ou l’ « Explorateur Windows ». De même, le terme « Alias » (Mac) sera compris comme « Raccourci » (Windows).
Retour au texte