Un catalogue Lightroom sur deux ordinateurs ?

Un meme catalogue Lightroom sur deux machinesLa question m’est posée par une amie : Peut-on utiliser un catalogue Lightroom sur deux ordinateurs ? Peut-on apporter quelques retouches en mode développement depuis son Mac de bureau Full HD et retrouver les modifications sous Windows depuis son ordinateur portable ?
Ma réponse est instantanément « Oui ! », mais à la réflexion je réalise que ce n’est pas si simple et je suis obligé de nuancer un peu… beaucoup… carrément !
En réalité, il y a autant de réponses que de situations et pour expliquer cela, je dois apporter quelques précisions sur différentes choses.

Avant propos

Est-ce bien ce que vous voulez ?

Sachez que toute solution consistant à éloigner le catalogue du disque système sur lequel tourne Lightroom ralentira le logiciel. Ce sera particulièrement sensible lors des opérations de masse.

Anticipant ce ralentissement, je me suis pris à imaginer une solution usine à gaz à base de synchronisation, solution que j’évoque ci-dessous mais que j’ai abandonnée.

Les deux autres solutions fonctionnent et vous conviendront peut-être si la vitesse de traitement n’est pas votre priorité. Encore faudrait-il tester la troisième solution en utilisant les aperçus dynamiques. Expérimentateurs, à vos claviers et chronomètres…

Quels sont les éléments qui vont influer sur la réponse ?

Quels sont les moyens mis en œuvre ? Âge et caractéristiques des machines, licence Adobe Lightroom récente ? Importance pour vous du traitement photo et de la gestion de votre stock…
Utilisation envisagée (mobilité, pourquoi et quand utiliser une machine plus qu’une autre ?)
La question de la licence Adobe ne se pose pas puisqu’un utilisateur peut utiliser une licence sur deux machines.

Sauvegardes

Avant tout, prenez le temps d’organiser vos sauvegardes et de bien en comprendre principe et fonctionnement.
Mettez en place une sauvegarde automatique et vérifiez de temps en temps son fonctionnement.
Vérifiez que vous pouvez bien restaurer le catalogue.
Selon les situations, il sera utile d’avoir une synchronisation entre les éléments des deux machines, Trouvez un moyen de sauvegarder votre photothèque à l’extérieur de votre domicile. Même un très bon NAS ne résistera pas au vol, au feu ou à l’inondation. Les débits Internet autorisent maintenant le stockage dans le Cloud.

Et surtout, oubliez les CD ou DVD ! Ils ne tiennent pas la durée et plusieurs de mes amis ont beaucoup perdus d’originaux gravés sur DVD.

Différentes choses à savoir et à comprendre

Il y a quatre choses à prendre en compte : Le logiciel et sa licence, la base de données nommée « Catalogue », l’ensemble des photos (fichiers originaux) et les méta-données des photos.

1 – Le logiciel est installé sur le disque dur système.

Le logiciel « Adobe Photoshop Lightroom » en version « Lightroom Classic » est installé sur la machine.
Prenez le temps de son optimisation en suivant un à un les conseils de réglages disponibles ici :
À ce stade, un disque système en SSD sera bienvenu, ainsi qu’une bonne dose de mémoire vive (RAM). Dans le cas contraire, installer de la mémoire supplémentaire sera déjà une bonne chose.
Je n’aborde pas les questions liées à l’écran ou à la carte graphique, importants pour tous les logiciels de retouche photo.

2 – Le catalogue

Le catalogue est la base de données des photos. Il ne contient pas les photos, mais seulement des lignes de références de ces photos avec des informations particulières nommées Métadonnées.

  • Photo n°xxx → Données EXIF → Données IPTC → Autres métadonnées
  • Photo n°xxy → Données EXIF → Données IPTC → Autres métadonnées
  • Photo n°xyz → Données EXIF → Données IPTC → Autres métadonnées

On trouve en particulier dans ces métadonnées les informations fournies par l’appareil photo (date, ouverture, vitesse, ISO…).
On y trouve aussi toutes les modifications apportées par le module développement (Recadrage de la photo, luminosité, accentuation et diverses corrections)
Pour chaque photo, quelques kilos octets suffisent pour enregistrer toutes ces données, mais quand on gère des milliers de photos, cela peut commencer à faire un certain poids.

Un seul catalogue ?

Normalement un seul catalogue suffit. Ne les multipliez pas. Je n’ai pour ma part qu’un catalogue personnel et un catalogue professionnel. C’est par le module bibliothèque que vous pourrez fabriquer des collections utiles pour le classement et pour retrouver ce que vous cherchez.
L’importation ou l’exportation de catalogues se fait de façon très simple. On peut extraire, copier, importer, dupliquer, fusionner à volonté ces catalogues, mais ne jouez pas trop à ça pour ne pas y perdre votre latin et risquer de faire des bêtises.

Où mettre son catalogue ?

Un informaticien dira « Le plus près possible du Système d’exploitation » c’est-à-dire dans le C:/ et mieux encore dans un C:/ en SSD.

Les disques C:/ en SSD sont souvent plus petits car plus onéreux, on peut mettre alors le catalogue dans un disque D:/, mais on ne serait pas loin de pouvoir le mettre dans un disque externe SSD.

Je ne saurais pas dire s’il vaut mieux, question rapidité, mettre le catalogue dans un disque dur interne HDD (D:) où dans un petit disque externe SSD en USB 2 ou en USB 3. Les connaisseurs me laisseront des commentaires ci-dessous.

Sauvegarder son catalogue

La sauvegarde du catalogue ne concerne pas les photos (une information vous le rappelle lors du lancement de la sauvegarde) mais toutes les retouches photo que vous avez pu faire.
Attention, selon les réglages des préférences de catalogue vous pourriez croire que cette sauvegarde est inutile, car les métadonnées (voir ci-dessous en 4) pourraient être enregistrés au sein des photos, méfiez-vous, car il y a là un piège dont j’aurai l’occasion de reparler.

Note : Si vous activez l’intégration des métadonnées dans les fichiers annexes, vous ralentirez considérablement le logiciel.

3 – Les photos

Organisation

Comment les classer ? Vous pouvez consulter un vieil article que j’avais rédigé sur le sujet : Classement des photos
Où les mettre ? Vous pourrez idéalement les mettre dans un dossier d’images à proximité du catalogue, mais lorsque leur nombre augmentera, vous serez peut-être contraint de les déporter, par exemple dans un ou plusieurs disques durs externes.
Pour un photographe, un dossier d’images de plusieurs téraoctets est monnaie courante.
Et c’est en pensant aux photographes qu’Adobe a mis en place le système des aperçus dynamiques qui leur fait gagner beaucoup de place et de vitesse de traitement. Article à venir (Lien à venir)

Les types de photos

Votre appareil photo, reflex, hybride, voire smartphone haut de gamme peut vous proposer le format raw ou le format jpeg. J’ai rédigé à ce sujet un article : Raw vs JPG
Le format DNG : Pour ce qui concerne les RAW, chaque fabricant a développé son propre format, incompatible avec les autres. Adobe a donc développé le format DNG en tant que format ouvert à vocation d’être universel. Lightroom peut convertir tous les formats RAW en DNG, avec à la clé beaucoup d’avantages dont je reparlerai. (Lien à venir).

Mon conseil : Photographiez en Raw et convertissez ces Raw en DNG.

4 – Les métadonnées

Pour faire simple, les métadonnées sont les informations laissées par votre appareil lors du déclenchement, ainsi que les données que vous souhaitez incorporer (votre nom, vos mots-clés, le copyright…), et tous les réglages que vous avez apportés lors du développement.
Les méta-données sont enregistrées dans le catalogue et peuvent sous certaines conditions être enregistrées dans chaque photo.
Perdre les métadonnées reviendrait à perdre tous les réglages effectués avec soin. D’où l’intérêt encore une fois de sauvegarder le catalogue ou de veiller à les incorporer dans les photos originales elles-mêmes sauvegardées.

Un catalogue sur deux machines ?

Mon amie me dit vouloir passer d’un poste à un autre, avec les photos logées dans des disques durs externes en SSD.

Un catalogue unique, synchronisé sur les deux ordinateurs et les photos originales sur un disque externe – mauvaise idée.

Catalogue synchroniséSachant que le catalogue serait plus réactif s’il était logé près du cœur de la machine (près du processeur), j’imagine de le mettre dans le Windows C: ou Macintosh HD de chaque machine et d’utiliser un logiciel de synchronisation.

On aurait donc les catalogues identiques car synchronisés sur les machines, avec les photos originales stockées sur un disque dur externe, branché au choix sur l’une ou l’autre machine.

J’ai installé, testé, bricolé, râlé, abandonné.

On se heurte à des problèmes de synchronisation des fichiers de prévisualisation et de nombreuses alertes qu’il n’est pas toujours simple de comprendre. Lightroom − pourtant l’un des meilleurs logiciels de retouche photo − ne livre pas beaucoup de détails sur les fichiers qui posent problèmes et la décision de garder telle ou telle version est parfois impossible à prendre.

De plus, on risque de se mélanger les pinceaux si, pour une raison ou une autre, la synchronisation ne s’est pas faite correctement.

On peut aussi se retrouver avec beaucoup de petits fichiers « preview » et « smart preview » à synchroniser pour un oui ou pour un non, ce qui prendra du temps, nous forcera à quitter prématurément en créant des doublons ou des problèmes de logique.

Un catalogue réduit logé (avec les photos originales correspondantes) dans un disque dur externe (SSD si possible).

Catalogue Lightoom sur deux ordinateursNous allons donc placer le catalogue dans le disque dur externe. Il convient alors de choisir un disque rapide (SSD). Malheureusement, le prix de ces disques est assez élevé et si nous avons beaucoup de photos, nous ne pourrons pas toujours toutes les y loger.
C’est la raison pour laquelle, j’ai opté pour la création d’un catalogue des photos récentes (deux dernières années). Il est facile de gérer les catalogues − tant en fusion qu’en extraction − et s’équiper de gros disques SSD pour gérer des téraoctets de photos anciennes relativement peu consultées ne me semble pas très écologique.

Nous plaçons ce catalogue réduit dans un disque SSD, avec les photos originales correspondantes. Nous branchons le disque sur n’importe quelle machine équipée de Lightroom et nous accédons à notre travail photographique.
De temps en temps, tous les ans par exemple, on peut exporter une partie de ce catalogue réduit afin de le réimporter dans le catalogue principal. Il est important de passer par cette procédure d’import-export plutôt que de déplacer les fichiers à la main.
Note : Pensez à configurer le logiciel de sauvegarde pour qu’il démarre à chaque fois qu’on branche le disque externe.

L’inconvénient de cette méthode est qu’on n’utilise pas les aperçus dynamiques bien pratiques.

Autre piste : Un disque SSD contenant le catalogue et un disque HDD contenant les photos.

Lightroom sur deux ordinateurs (Schéma)Si vous avez beaucoup de photos, au point que vous ne puissiez pas les mettre dans votre SSD sauf à vous endetter pour en acheter un énorme, je vous propose d’acheter un disque HDD de taille suffisante. Ce sera beaucoup moins onéreux.

Un peu plus de prises USB occupées, mais on va pouvoir profiter des aperçus dynamiques. Le gros disque HDD contiendra toutes les photos originales. Les aperçus dynamiques se trouveront à côté du catalogue dans le disque externe SSD.
La notion de vitesse importe moins puisqu’on utilisera les aperçus dynamiques et que le catalogue est accessible en SSD.
Les ordinateurs ne seront là que pour faire tourner Lightroom et tout se passera dans les deux disques externes. La sauvegarde pourra alors se faire dans les machines fixes.

Avantage : Le branchement du gros disque HDD n’est pas obligatoire, si on utilise les aperçus dynamiques.

Conclusion

La rédaction de cet article m’a été profitable car j’ai eu à remettre en cause quelques certitudes, particulièrement sur les .xmp. Peut-être certains points ne sont-ils pas clairs, mal expliqués, merci de me le signaler en commentaires.

Mes prochains articles :

  • L’utilisation des aperçus dynamiques (Lien à venir).
  • Le format DNG et l’enregistrement des métadonnées dans les fichiers annexes… (Lien à venir)
%d blogueurs aiment cette page :